Uncategorized

Krusty Burger

Salut les burgerers !

Tout juste revenu d’un voyage en Floride, où j’ai pu apprécier la gastronomie locale, je vous fais part de mon arrêt au parc Universal Studio à Orlando. Je passe sur le parc en lui-même, ce n’est pas le sujet et je ne suis pas une agence de voyage, mais sachez que je me suis précipité sur sa zone Springfield, dédiée à l’univers des Simpsons. C’est là qu’on peut trouver le restaurant « Krusty Burger ».

En fait de « restaurant », on parlera plus d’un « comptoir », au milieu d’un food-court incluant d’autres « restaurants » de la série. Sans surprise, il y a la queue : le « Krusty Burger » se classera d’ailleurs second, avec 25 minutes, dans le temps d’attente du parc, juste derrière l’attraction Harry Potter (40 minutes, excusez du peu). À noter que pour tous les autres stands du food-court il n’y a pas (ou vraiment peu) de queue : n’est pas Krusty Burger qui veut !

Le choix au menu est assez limité : deux ou trois burgers et un ou deux hot-dog, de mémoire, mais finalement peu importe, puisque, comme plus des trois quarts des gens présents, je me concentrais uniquement sur le produit phare, à savoir le Krusty Burger.

Soulagé de $12,49, soit $13,31 avec les taxes et les frites (oui, je suis pointu), j’ai enfin le burger sur mon plateau. Je m’installe au calme (ou presque, c’est quand même bruyant), et je commence à décortiquer le bébé. Disons-le, on est sur du basique dans la recette : un bun lisse, un steak assez épais, plus proche du patty Royal que du reg, une sauce « secrète », une sauce cheddar, et le classique tomate/salade (ici iceberg). Le pic en bambou pour tenir le tout vous est offert part la maison.

Premier contact : le pain est bien plus brioché que je ne le pensais . Je le voyais plus du style Giant mais, finalement, après le premier croc, je le préfère comme ça. Le steak, bien qu’assez épais, n’est pas juteux pour un sou, trop cuit pour moi, mais il a bon goût. J’attaque plus vers le cœur et, là, bim, la sauce. Enfin, les sauces, puisque dans les faits il y en a deux, ou presque. Je passerai vite fait sur la sauce secrète, qui s’avère être je pense une sorte de mayonnaise assez neutre, ajoutant simplement la quantité de lipides nécessaire à tout burger, pour me concentrer sur la sauce cheddar. Même si elle n’a au final de « sauce » que le nom, car c’est juste du cheddar fondu, comme celui qui nappe parfois les frites, c’est quand elle intervient que je rentre dans la meilleure partie de ce burger. D’un coup, ça devient plus grassement onctueux, ça glisse bien, les crocs défilent, bientôt le cœur du sandwich n’est plus et la fin approche. Salade et tomate accompagnent le tout avec plaisir, leur présence est indispensable, ça rajoute cette petite touche de fraîcheur et de croquant. On touche au but : fini le Krusty Burger, plus qu’à finir les Krusty Fries et je peux retourner aux manèges.

Conclusion ? Ah, ça colle, c’est efficace. Ils n’ont pas pris de risques sur la recette et je les comprends, pour un burger aussi « mainstream » ils ont raison. Je suis même plutôt surpris, car j’avais été un peu refroidi auparavant par les burgers que l’on va dire « événementiels » (j’entends par là vendus au sein d’un site où, une fois ton billet d’entrée payé, tu consommes sur zone : je passerai en express sur le burger au match NBA d’Orlando, sur le Rocket Burger du Centre Spatial ou le burger vendu aux kiosques du circuit de Daytona). Ne cherchez pas, tous sont au minimum au même prix, voire plus (frites non incluses) et clairement moins bien, voire proches de l’arnaque au Amway Center… Cela influe forcément sur mon jugement, car au sein du parc, à ce prix, même si le burger est perfectible, bah c’est clairement une affaire, et c’est pour ça que je lui donne la note de 14/20


Prix (2020) : $12,49, soit $13,31 avec les taxes (Kurly Fries incluses)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *